Le tango

Le tango est une synthèse entre danse, musique et poésie qui débouche sur l’invention d’une nouvelle forme culturelle.

Il est d’abord une danse. Comme dans l’histoire de la valse, ce qui détermine l’invention d’une musique, d’une littérature, d’une culture, c’est d’abord une nouvelle manière de danser. La musique et la littérature tango n’existeraient pas sans l’intention populaire d’un nouveau style de pas. Argentin et plus précisément du Río de La Plata, le tango est né à la fin du XIXe s. de la rencontre de créoles argentins ou uruguayens et d’immigrés, notamment italiens, imprégnés d’une culture du bal populaire.

Le tango comme genre musical est également influencé par de nombreuses formes musicales européenne, de la musique latino-américaine (la habanera, la milonga), et d’une rythmique africaine (le candombe). Au départ, le tango est une musique d’orchestre : une guitare, un violon, une flûte d’abord, ensuite un piano, une contrebasse, deux violons et deux bandonéons. C’est à partir de 1908 que le bandonéon y est intégré et devient l’instrument phare du tango. Rapidement, on chante également le tango. Il est un mode d’expression des sentiments. Les textes sont osés et portent les traces des lieux où ils étaient chantés : les maisons closes.

Le tango trouve sa place aussi dans le théâtre, au cinéma, dans la danse contemporaine. Il est un moment de la culture du XXe siècle.

Envie d’en savoir davantage ? Découvrez notre sélection de documents !

Laisser un commentaire

12 − trois =