L’interprétation et son évolution

«…La simple lecture d’une partition offre un pâle reflet de sa réalité, et bien peu nombreux sont ceux qui peuvent se plier à un tel exercice. L’intervention d’un médiateur, l’interprète, qui permet de passer du signe au son, est indispensable. Cet individu – ou ces individus – se présente comme un traducteur de la chose écrite, celui qui la fait vivre. À première vue, la musique serait donc un art défavorisé, le créateur et l’auditeur dépendant d’une tierce personne qui peut être une entrave à la transmission artistique, ne serait-ce que par son absence. Cependant, la musique est peut-être plus riche que les autres arts, car la création revêt, grâce à l’interprète, quantité de visage différents qui profitent autant au compositeur qu’à l’auditeur : écoutée dans plusieurs interprétations, ou exécutée par les mêmes artistes dans des circonstances différentes, la même œuvre acquiert une richesse qui la rend rarement identique à elle-même. Cette phase supplémentaire, ce trait d’union qu’est l’interprète, sont donc essentiels… » Alain PÂRIS, Jacqueline PILON, «Interprétation musicale», Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 6 février 2018.

Il est passionnant de suivre l’évolution de l’interprétation au cours des décennies. Les enregistrements de musique baroque en sont une belle illustration. Au début du XVIIIème siècle, les musiciens prenaient plus de liberté avec les partitions qu’actuellement. Réaliser une basse continue, ajouter des ornements ou improviser une cadence étaient des pratiques courantes encouragées par les compositeurs. Ces derniers vont ensuite progressivement être plus précis dans leurs notations et avec l’apparition du métronome en 1815, indiquer un tempo. La liberté des interprètes va alors s’exprimer davantage par l’expression. Les cours d’interprétation seront initiés par Cortot vers 1930. C’est également l’époque des écoles nationales, qui rendent reconnaissables à l’écoute un orchestre de tradition germanique ou française.

La virtuosité et la technique prennent le relais et dès le milieu du XXème siècle, les “interprètes-stars” s’imposent comme en témoignent les enregistrements disponibles. A l’heure actuelle, avec la multiplication des concours et la mobilité, une certaine uniformisation de l’interprétation est perceptible. Quel dommage !

Envie d’en savoir plus ? Savez-vous que les collections musicales du site Riponne sont extrêmement riches et vous permettent de comparer de nombreuses versions différentes de toutes les grandes œuvres du répertoire classique ? Dans un premier temps, nous vous proposons un peu de littérature sur le sujet, mais nous ne manquerons pas d’y revenir avec des discographies exhaustives autour d’une œuvre.

Sur le web :

Laisser un commentaire

six + 11 =