Premiers romans

Septembre sonne l’heure de la rentrée littéraire. Pour certains auteurs ce mois revêt une importance toute particulière : ils publient leur premier roman.

L’engouement porté à ces premières œuvres n’a cessé de croître ces dernières années à tel point qu’elles deviennent à elles seules un genre littéraire et que certains éditeurs s’efforcent de faire porter l’étiquette « Premier roman » à leurs nouvelles publications. D’où vient cet intérêt pour ces primo-romanciers ?

Le succès retentissant de premiers romans (tels que « Petit pays » de Gaël Faye ou de « La Tresse » de Laetitia Colombani) n’y est pas étranger de même que la publicité que font les médias à ces nouveaux venus sur la scène littéraire. De plus, ces derniers peuvent se permettre une certaine liberté et une légèreté que les auteurs confirmés ne s’autorisent plus forcément. Il s’agira pour eux de confirmer leur talent avec la publication d’une seconde œuvre.

Parallèlement à l’éclosion en nombre de ces premiers romans, quantité de manuels sur l’art d’écrire sont publiés et délivrent de précieux conseils aux jeunes auteurs. Quant aux ateliers d’écriture, ils connaissent également un succès croissant. Pour qui voudrait se lancer dans des études plus approfondies, l’Institut littéraire suisse, basé à Bienne propose depuis 2006 une formation qui aboutit à un Bachelor of Arts en écriture littéraire.

Du 4 septembre au 6 octobre 2018, la BCU Lausanne, site Riponne vous propose de retrouver ou de découvrir une sélection de premiers romans. Faites votre choix parmi toutes ces œuvres qui vont donneront peut-être l’envie de suivre un nouvel auteur ou, qui sait, de vous lancer dans la création littéraire! Dans ce cas, nos guides sur l’art d’écrire et d’être publié vous accompagneront dans votre création.

Bonne rentrée !

 

Sur le web:

Laisser un commentaire

vingt + dix =