Le féminisme dans tous ses états

La BCUL vous propose une sélection de documents sur le féminisme à découvrir sur le site Unithèque du 20 novembre au 7 décembre 2018, ainsi qu’en ligne sur le catalogue Renouvaud. Des premières vagues du féminisme, au XIXe siècle, jusqu’aux mouvements plus actuels de lutte pour l’égalité des femmes, vous trouverez dans cette sélection des noms incontournables : entre autres, Emmeline Pankhurst, femme politique qui s’est battue pour le droit de vote des femmes en Grande-Bretagne ; Simone de Beauvoir, théoricienne importante du féminisme ; ou encore l’écrivaine contemporaine Chimamanda Ngozi Adichie, dont le dernier essai, Chère Ijeawele ou Un manifeste pour une éducation féministe, vient tout juste de paraître.

Le féminisme lutte contre les discriminations sexistes et a comme objectif l’égalité des genres. Pour y parvenir, les féministes militent en faveur de l’abolition des inégalités hommes-femmes, dont les femmes sont les principales victimes, et ce dans tous les domaines. Ainsi, la lutte féministe vise à promouvoir les droits des femmes dans la société civile, mais aussi dans la vie privée.

Les premières actions du féminisme datent de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, principalement au Royaume-Uni et aux États-Unis. Cette première vague du féminisme défend notamment l’égalité des droits contractuels, l’accès à la propriété pour les hommes et les femmes, et s’oppose aux mariages arrangés. A la fin du XIXe siècle, l’activisme se concentre principalement sur la conquête du pouvoir politique, en particulier sur le droit au suffrage des femmes. L’accès paritaire à l’éducation est également un aspect important de la première vague féministe, au vu des nombreuses inégalités, sociales et professionnelles notamment, qui résultent d’un accès inégal à l’éducation.

A partir des années 1960, on assiste à la naissance de plusieurs mouvements, dont le Mouvement de libération des femmes (MLF), et de nouvelles revendications voient le jour : la reformulation du concept d’organisation familiale et sociale basée sur l’autorité du père ; le contrôle par les femmes de leurs corps et la possibilité de disposer de méthodes de contraception ou d’avortement ; ou encore la construction de nouveaux rapports sociaux.

Dès les années 1990 et jusqu’à nos jours, un large ensemble de revendications apparaissent, telles que la diminution de la violence domestique, l’égalité salariale, la plus large représentativité au sein des parlements et la plus large présence féminine parmi les cadres d’entreprises.

Le mot féminisme fait désormais partie de notre quotidien, il a aujourd’hui un sens très large. Un changement d’attitude demeure nécessaire, toutefois, pour vivre dans un monde plus juste et égalitaire. Pour approfondir votre connaissance des luttes passées et actuelles du féminisme, découvrez notre sélection !

Jorge Matos, collections académiques, site Unithèque

Laisser un commentaire

huit + 16 =