Flocons de neige musicaux

De la musique classique à la chanson, la neige est une source d’inspiration inépuisable pour de nombreux compositeurs, chanteurs et poètes. Mais comment peut-on représenter la neige en musique ? Les processus sont nombreux.

Pour illustrer la danse des flocons, le rythme à trois temps de la valse est très adapté surtout si on y combine des instruments aigus, des trémolos de bois et de cordes (Tchaïkovski, « La valse des flocons de neige » dans Casse-Noisette ; Glazounov, « L’hiver » de Les saisons). Deux motifs, l’un ascendant l’autre descendant, joués en staccato et en décalage rythmique déchaîné de doubles-croches engendrent une description réaliste de la neige qui descend (Debussy, « The snow is dancing », quatrième de la suite de six pièces pour piano dédiée à sa fille intitulée Children’s corner). L’ajout progressif d’instruments du plus grave au plus aigu, les notes répétées et saccadées donnent corps aux tempêtes de neige (Vivaldi, « L’inverno » des Quattro stagioni ; Purcell, l’ « Air du froid » tiré de King Arthur).

Et dans la chanson la neige évoque le premier froid (Frank Sinatra se chauffe devant la cheminée, dans Let it snow), la nostalgie (Salvatore Adamo, dans Tombe la neige, il la voit tomber et pense à son amour impossible), la douceur et la simplicité (pour Jacques Brel, Liège est simplement une ville, cadre de la vie humaine, que la neige semble apaiser, dans Il neige sur Liège).

Maintenant à vous de trouver quelles sont d’autres astuces utilisées dans la musique pour représenter la neige. Faites-le à travers la sélection de documents que vous trouvez ici.

N’oubliez pas de profiter de Medici.tv, accessible sur les postes publics de la BCUL ou à distance par crypto pour les membres de l’UNIL, qui propose de nombreux enregistrements vidéo des pièces sélectionnées pour ce billet.

 

Claude Debussy, « The snow is dancing », extrait du Children’s corner, transcrit pour marimba et interprété pas Anne-Julie Caron :

Laisser un commentaire

onze + 10 =