Puis-je lancer un nain qui le veut bien?

Quel intérêt philosophique peut avoir l’interdiction, par un maire, de lancer un nain consentant ? C’est la question à laquelle répond Guillaume Durand dans une conférence dont on peut entendre et voir un extrait sur Youtube. Le philosophe interroge la pertinence de cette interdiction, confirmée par le Conseil d’Etat français car le lancer de nain porterait atteinte à la dignité humaine :

« Pour quelles raisons le lancer de nain porterait-il atteinte à la dignité ? Et de qui exactement ? La réponse est loin d’être claire. » (p. 22-23)

Partant de la définition kantienne de la dignité humaine, cette valeur absolue et inviolable, y compris par soi-même, l’auteur revient sur la position du Conseil d’Etat français qui, en 1995, interdit à Manuel Wackenheim, atteint de nanisme, d’être lancé de son plein gré au cours d’un spectacle de lancer de nain. Interdit de vol après une soixantaine de représentations, ce nain perdit son emploi, malgré plusieurs recours, y compris devant le Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Reprenant un à un les arguments invoqués par les différentes instances juridiques pour condamner un tel spectacle, Guillaume Durand questionne ainsi le sens et la portée d’une valeur, la dignité, dont le caractère confus et de ce fait dangereux, va jusqu’à remettre en cause la liberté humaine :

« Est-elle une valeur absolue et inviolable par quiconque, y compris par soi-même, limitant donc non seulement la liberté d’autrui à mon égard, mais aussi la libre disposition de soi ? » (p. 20)

Pour poursuivre le débat et vous faire votre propre opinion sur la question, n’hésitez pas à consulter le texte complet de cette conférence, disponible en version papier sur le site Unithèque. Attention, ouvrage à ne lancer sous aucun prétexte!

Maël Goarzin
Responsable des collections de philosophie et de psychologie, BCUL site Unithèque

Laisser un commentaire

dix-huit − quatorze =